Mémoire, mon infidèle amie

Publié le 16 Août 2008


Ma mémoire est défaillante.
Je lis des livres, je vois des films, certains me plaisent infiniment. Quelques mois plus tard,
je veux en discuter avec un ami qui vient de le lire/voir : plus rien. Je veux raconter l'histoire,
il ne me reste que quelques bribes, quelques images, voire uniquement des sensations,
des impressions. Comment alors en parler ? Comment défendre un livre conseillé qui n'a pas plu ?
Et même : à quoi sert de lire, si on n'en a pas souvenir ?
Il faudrait prendre des notes (je me souviens bien des choses que j'ai pu prendre en note).
Je tiens un petit carnet dans lequel j'écris quelques lignes sur les livres lus, mais ça ne suffit
manifestement pas toujours. (Plus inquiétant : ce sont aussi des pans entiers de ma vie qui sont flous
dans ma mémoire. Pas des périodes reculées, en plus. "Tu te souviens de ceci ou cela ? - Non.")

Parfois l'oubli a aussi ses qualités. Je peux relire un livre avec le même plaisir que la première fois,
être de nouveau surpris, amusé, épaté. La relecture est depuis toujours quelque chose de normal chez moi -
peut-être ai-je d'ailleurs appris à oublier pour mieux re-profiter.

Je suis en train de lire Nous trois, de Jean Échenoz. Je l'ai vu en bibliothèque, tiens, je le connais
pas celui-là, allons-y, c'est parti. Au bout d'une trentaine de pages, je me dis que, quand même, ça me
rappelle vaguement quelque chose, peut-être bien que je l'ai lu.
Et puis, je me dis : un  tremblement de terre. Il va y avoir un tremblement de terre. Et quelques pages
plus loin, paf, un tremblement de terre.
Je n'ai aucune idée de comment va continuer le livre, de ce qui va rapprocher les personnages.
Il y a un narrateur omniscient et un narrateur à la première personne, un nécessaire conflit entre les deux,
je ne sais pas comment cela va finir par se croiser. Mais je me suis souvenu du tremblement de terre.
J'avais oublié jusqu'à la lecture de ce livre. J'ai du lire tout Échenoz il y a trois ans, c'est possible
qu'un livre ai été effacé par les autres, mais quand même.

***

J'aimerais illustrer ce livre. Des images pour le plaisir des images.
Mais pour les images que j'ai en tête, il faudrait que je sache peindre comme un boss.

Rédigé par Vincent Sorel

Publié dans #Oisiveté mon amie

Repost 0
Commenter cet article

Aisselles 18/11/2008 19:38

(simple passage!)As tu trouvé une solution? ça m'interesse ! 

Thomas Nombril 20/09/2008 20:09

Tout pareil!A un moment j'ai même commencé à annoter au gris les bouquins que j'ai lu pour leur donner une date de lecture et quelques mots-clés significatifs pour me rappelr de l'histoire...Ca non plus ça n'a pas duré.

François 22/08/2008 12:53

A propos. Lu en ligne l'interview d'une actrice de X :
Technikart : Es-tu une grande lectrice ?
Tiffany : Je n'arrête pas de lire mais, ça va vous
paraître étrange, je ne retiens jamais le nom des livres ni même des
écrivains. Sinon ma copine Nina (Nina Roberts, une ex-actrice porno qui
depuis la fin de sa carrière de hardeuse a publié deux livres aux
Éditions Scaly Ndrl) vient aussi de m'offrir son dernier bouquin mais
je ne me suis pas encore plongée dedans.
 
((Un phénomène de société je vous dis !))

Rominet l'Antiblogger 20/08/2008 22:26

Ca m'arrive aussi énormément. Surtout pour les bouquins, étant donné que je les enchaîne rapidement. Je suis pas capable de dire ce que j'ai lu pendant l'année écoulée, ce serait un peu comme me demander de gagner le Burger de la mort ; c'est impossible...

malik 18/08/2008 23:00

moi je dis rapidos c'est pas grave, c'est même sainle problême est plus dans l'énoncé : pas besoin d'avoir peur d'oublieron se rappelle l'essentiel, et ce n'était peut etre pas l'histoire mais l'impression qu'elle t'as laissé...ça sert toujours, au pire ça marque l'inconscient, ça nourrit, pas besoin de le ressortir en société, suffit que ça cogite intérieurementt'as mon point de vu !au fait, beau travail !