Publié le 17 Avril 2012

http://sorwellz.free.fr/blog2012/0417%20volcan%20anglais.jpg

 

 

http://sorwellz.free.fr/blog2012/0416%20volcans%20islandais.jpg

 

Les Anglais veulent utiliser l'énergie des volcans islandais pour se chauffer.

(Lu sur Slate)

 

***

 

On remarquera que c'est la deuxième fois que je fais un drapeau Anglais

en papiers découpés.

(c'était pour les Bons Pour, visibles sur mon site)

Voir les commentaires

Rédigé par Vincent Sorel

Repost 0

Publié le 26 Mars 2012

C'est jamais facile d'écrire un scénario.

Écrire un scénario, c'est se prendre pour Dieu. C'est créer un monde, un univers, des personnages (que l'on crée à son image, bien sûr). Il faut la vision d'ensemble, pour avoir un truc qui se tient sur la longueur, qui est cohérent, intéressant, bien rythmé… Et la vision de détail,
pour soigner tel dialogue, tel épisode, telle péripétie, tel gag…

Comme je ne suis pas assez intelligent pour faire ça les doigts dans le nez, j'ai besoin de me trouver des astuces, des béquilles qui me permettent de faire ça nickel. Pour L'Ours, j'avais noté sur des petits post-it les évènements, même minuscules, qui devaient se dérouler. J'avais ma bande temporelle (un grand truc en papier de 2m de long) et je collais ces petits post-it dessus, je les déplaçais, je les enlevais, j'en ajoutais au besoin. C'est le moyen que j'avais trouvé pour être clair dans le rythme et tout.

Je continue à travailler comme ça aujourd'hui, même si je suis passé au XXIe siècle. Maintenant ma bande elle est numérique, mes post-it sont de petits blocs de texte, mais le principe est le même.
 

http://sorwellz.free.fr/blog2012/0326-bricoland.jpg

 

On constate que j'ai fait évoluer le principe grâce à ce que j'appellerai des "petites flèches" qui permettent de prendre des notes, de voir les directions que j'ai abandonnées et tout. On remarquera aussi la richesse du code couleur (CMJN forever)

À signaler également le fait que c'est à peu près la 4e version de ce projet,  et que je viens de tout recommencer. Mais en mieux. Alors comme un hommage au temps passé à agencer de petits blocs de texte pour construire un document bien joli mais inutile, je le partage ici.

Voir les commentaires

Rédigé par Vincent Sorel

Publié dans #Bande dessinée mon lapin

Repost 0

Publié le 19 Mars 2012

Quand j'étais petit, il y avait dans la bibliothèque familiale un livre sur M. C. Escher
(je viens d'ailleurs d'apprendre que son nom complet est Maurits Cornelis Escher. Pour moi ce sera toujours M. C.)
Ce livre me fascinait complètement. Je crois que ça tient pour beaucoup au fait que ces images très réalistes
(assez impressionnantes d'ailleurs) décrivent un monde impossible. Il y a là une contradiction qui devait me scotcher.
Comme me fascinaient les bouquins sur Magritte et Dali.

http://www.mcescher.com/Gallery/recogn-bmp/LW426.jpg

 

En me remettant dedans, j'ai la même fascination que jadis.


http://www.mcescher.com/Gallery/recogn-bmp/LW439.jpg

Bon, je vais pas tout mettre, vous avez tout ce qu'il faut sur son site.
J'ai appris la perspective relativement jeune, et je me rappelle avoir dessiné des perspective impossibles
dans mes cahier quadrillés (le quadrillage aide beaucoup la perspective). C'était très amusant,
une fois qu'on a saisi le principe on peut faire plein de choses. Bon, je n'arrivais
évidemment pas à ce niveau de complexité, mais déjà j'étais content.

Ses "remplissages périodiques" me scotchaient également.

http://www.mcescher.com/Gallery/symmetry-bmp/E104.jpg
http://www.mcescher.com/Gallery/symmetry-bmp/E63.jpg
Ça par contre j'ai jamais réussi à en faire, jusqu'à aujourd'hui !
Ça collait bien avec le projet que je travaille en ce moment, alors hop, un petit hommage.
(attention, c'est des crayonnés, pas une image finie)

http://sorwellz.free.fr/blog2012/0319-remplissage%20p%C3%A9riodique%202.jpg

 

http://sorwellz.free.fr/blog2012/0319-remplissage%20p%C3%A9riodique%202%20module.jpg

 

Bon, c'est loin d'être aussi parfait que du Escher, il y a des blancs un peu partout,
mais je suis content quand même.

Voir les commentaires

Rédigé par Vincent Sorel

Publié dans #Oisiveté mon amie

Repost 0

Publié le 3 Mars 2012

http://sorwellz.free.fr/blog2012/0303-001-crayo.jpg

 

Extrait d'un projet BD en cours.

Je vous en reparlerai dans un ou deux ans, quand j'aurais avancé.

Voir les commentaires

Rédigé par Vincent Sorel

Publié dans #Oisiveté mon amie

Repost 0

Publié le 2 Mars 2012

Une sorte de test graphique de trucs.

(j'en ai profité pour faire un formidable calembour)

 

http://sorwellz.free.fr/blog2012/0302-chavalier.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Vincent Sorel

Publié dans #Oisiveté mon amie

Repost 0

Publié le 28 Février 2012

Je l'avoue, je ne connaissais pas Mia Hansen-Løve. J'en avais un peu entendu parler,
mais j'étais passé à côté d'elle. Charlotte (qui est plus à la pointe que moi) avait très envie de voir
un de ses films, on est tombés sur Le Père de mes enfants sur Universciné (il faut utiliser ce site,
malgré son nom il est formidable).

Rapidement, c'est l'histoire de Grégoire Canvel, producteur de cinéma indépendant, passionné,
séducteur, drôle, surbooké et vissé à son téléphone en permanence (comme un producteur, quoi),
et puis endetté (comme un producteur de films indépendants, quoi).
Mais c'est aussi l'histoire de la formidable bande de filles qui l'entoure : sa femme (Chiara Caselli,
épatante), ses trois filles – et aussi ses assistantes, même si un peu moins.

(C'est un film bien plus intéressant que ce résumé peut laisser penser, mais il se passe des trucs
dans le films que je ne peux pas dévoiler, alors je fais succinct...)

http://sorwellz.free.fr/blog2012/0228%20pere%20de%20mes%20enfants.jpg
Tout est formidable dans ce film. Déjà le dessin des personnages, très attachants, portés par des
acteurs au poil, depuis Louis-Do de Lencquesaing (ce nom, je vous jure...) jusqu'aux trois jeunes
et merveilleuses actrices qui jouent les filles de Grégoire (et aussi Eric Elmosnino, toujours impeccable).
Mia Hansen-Løve a le chic pour diriger les acteurs, ça se sent. On sent aussi du plaisir, de la part
des acteurs et de la réalisatrice (et c'est finalement assez rare).

Mia Hansen-Løve a aussi une aisance, un naturel confondant dans le maniement de la caméra,
dans le montage. On passe sans arrêt de Paris à la maison de campagne à la Toscane à la Suède,
et tout est toujours clair,  jamais on ne se perd, jamais on nous explique ce qu'il se passe.
Tout est fluide et naturel. Un vrai talent de conteuse (elle est aussi scénariste de ses films).
On se laisse complètement mener du début à la fin.

Il y a une vraie liberté dans la façon de raconter, de filmer, avec des scènes qui, en quelque sorte,
n'apportent rien à l'intrigue principale, mais qui contribuent à une atmosphère, une ambiance.
C'est pas pour balancer, mais par exemple, Guillaume Canette, quand il fait Les Petits Sopalins,
le navet d'il y a deux ans déjà, il est lourd, appuyé, il suit les règles du
Petit manuel pour faire un petit scénario bien parfait (scène1 le personnage a un conflit intérieur
scène2 on développe le conflit intérieur scène3 on résout le conflit intérieur,
pendant 2h, c'est un peu pénible), là où Mia Hansen-Løve est libre, légère et intelligente.

Plus j'y pense, plus je me dis que j'ai adoré ce film, et que ça faisait longtemps que je n'avais pas
eu de coup de foudre de ce type. Maintenant j'ai envie de voir plein d'autres films de Mia Hansen-Løve.
(bon, en même temps, c'est pas comme si elle en avait avait des centaines)

(Ha ha, ce blog va finir par ressembler au blog secret de Benjamin A.)

Voir les commentaires

Rédigé par Vincent Sorel

Publié dans #Cinéma mon p'tit loup

Repost 0